Association Nymphéas loi 1901

Ingrédients et compléments alimentaires

 

ingrédients alimentaires

 

ACEROLA : la cerise acérola a une teneur étonnamment élevée en vitamine C. Beaucoup de produits naturels clament sa présence dans leur composition. La cerise acérola contient 1 700 mg de vitamine C naturelle pour 100 g de chair.

ACIDE LIPOÏQUE : l'acide lipoïque est naturellement présent en petites quantités dans nos cellules et a été découvert pour la première fois en tant que partie d'un complexe d'enzymes qui aide les cellules de notre corps à produire l'énergie. C'est également un antioxydant puissant ! Il aide dans la protection des cellules contre les dommages des radicaux libre et il atteint pratiquement chaque emplacement des cellules parce que chaque molécule d'acide lipoïque est lipide et soluble dans l'eau. L'acide lipoïque pare les effets des radicaux libres dans toutes les parties de la membrane cellulaire, la partie de l'eau ou de gel à l'intérieur de la cellule et du noyau. A la différence d'autres anti-oxydants qui ont un travail spécifique dans le corps, l'acide lipoïque alpha peut servir d'agent libre ; en d'autres termes, si votre taux de vitamine E ou C est bas, l'acide lipoïque assurera temporairement leurs travaux. Il met également considérablement en valeur le pouvoir des vitamines C et E.

AIL : originaire des steppes d'Asie centrale, l'ail était déjà considéré par les Egyptiens de la plus haute Antiquité comme un élément fondamental de leur alimentation. De nombreuses études ont montré que l'action thérapeutique de l'ail est liée à la présence d'un composé soufré : l'allicine. L'ail présente une activité positive sur le métabolisme des graisses. Il contribue à fluidifier le sang, améliorant ainsi la circulation sanguine, spécialement artérielle. L'utilisation de poudre granulée dans des gélules enrobées présente un double avantage : prévenir l'haleine désagréable engendrée par la consommation d'ail et favoriser son action en évitant la dégradation de l'allicine par les sucs digestifs.

AIL DES OURS : l'ail des ours (Allium ursinum, connu aussi sous le nom "ail des bois") a un grand pouvoir bactéricide et pendant la seconde guerre mondiale les Anglais en utilisèrent en grande quantité pour soigner les blessés. Au cours des siècles passés, pour se protéger des fièvres infectieuses, les moines mangeaient de l'ail des ours tous les jours pour pouvoir continuer à soigner les malades sans danger d'infection. Outre son activité bactéricide, l'ail des ours est apéritif, digestif, cholagogue, stimulant, vermifuge car il exerce une action protectrice sur l'intestin (désinfection et stimulant de la sécrétion gastrique et biliaire).

ALFALFA : l'alfalfa est une plante commune des zones tempérées d'Europe présentant des qualités nutritives et reminéralisantes. En effet, elle renferme un taux élevé de protéines (allant jusqu'à 55 %), des acides aminés utilisés par l'organisme pour la synthèse de ses protéines, des vitamines, des minéraux dont le calcium, et des oligo-éléments (fer, phosphore, zinc, cuivre, sélénium, silice). Les dernières études réalisées ont montré qu'une prise régulière d'alfalfa contribue à favoriser le bon cholestérol.

ALOES : de nos jours, l'aloès est considéré comme la plante des premiers soins par excellence. La recherche moderne a démontré que l'aloès est bactéricide, fongicide, virulicide. Il anesthésie les tissus, arrête les démangeaisons et hydrate les peaux sèches. Il réduit la période de saignement. Il combat la fièvre et la constipation. Il est anti-inflammatoire, dilate les capillaires et clarifie le sang.

ALUMINIUM : l'aluminium est le métal le plus abondant sur la terre ; on le retrouve dans le sol, dans l'eau et dans l'air. Ses propriétés chimiques et physiques lui donnent de nombreuses utilités. À titre d'exemple, on peut mentionner l'utilisation de l'aluminium et de ses composés dans les produits alimentaires (en tant qu'additif), dans les médicaments (p. ex., les antiacides), dans les produits de consommation (p. ex., les ustensiles de cuisson et le papier d'aluminium) et pour le traitement de l'eau potable (p. ex., les coagulants). L'aluminium est très utilisé dans des médicaments anti-acides pour l'estomac. Sous forme d'aluminium chlorohydrate (chlorohydrol), il est utilisé en usage externe comme antiperspirant et antisudoral.

ANANAS (tige d') : la tige d'ananas contient une enzyme protéolytique, la bromélaïne. Il n'est donc pas nécessaire pour bénéficier des bienfaits de cette enzyme de faire une consommation excessive du fruit. La bromélaïne absorbée diffuse dans tout l'organisme et permet un fractionnement des protéines anormalement sécrétées au niveau des tissus (fibres de collagène de la cellulite, hématomes…) en acides aminés facilement éliminés. Les capitons graisseux qui forment la « peau d'orange » pourront ainsi disparaître.

ANETH : plante aromatique de la famille des apiacées (variété de fenouil) l'aneth a d'abord remonté l'Europe jusqu'en Suède avant de traverser en Amérique. Bien connue sous le nom de dill, cette appellation n'est pas anglaise mais scandinave : dilla en norvégien signifie calmer, bercer, apaiser et correspond aux propriétés sédatives de l'aneth. Dans tous les vieux traités d'herboristerie, on retrouve l'aneth comme remède contre le hoquet. On dit l'aneth diurétique, carminatif et antispasmodique. En infusion, il est excellent pour la digestion.

ANGELIQUE : l'angélique est stimulante pour l'estomac, cholagogue, c'est-à-dire qu'elle favorise l'écoulement de la bile et favorise la digestion. Elle est antispasmodique et calme les spasmes abdominaux et les douleurs liées aux colites. Elle est efficace contre les flatulences, soigne les ballonnements et l'aérophagie. Elle est diurétique, elle favorise la transpiration et l'expectoration. L'angélique est parfois utilisée dans les cures de désintoxication pour alcooliques pour provoquer un dégoût de l'alcool. En Chine, les racines d'angélique et de sauge sont les herbes les plus employées contre l'ensemble des troubles menstruels. Classée parmi des plantes aromatiques de saveur piquante et douce, de nature tiède, l'angélique est un antispasmodique qui facilite et calme les règles douloureuses et difficiles.

ANIS : l'anis combat l'aérophagie et favorise la digestion grâce à son essence : l'anéthol. Il maintient le foie en bon état, par la choline qu'il renferme et qui est protecteur de la cellule hépatique.

ANIS VERT : plante de 0,40 m cultivée en Europe du sud dont on utilise les graines. L'anis vert est antispasmodique. Il calme tous les troubles du système nerveux et les toux sèches. Il stimule l'appétit, la digestion et agit aussi contre la fatigue.

ARGILE VERTE : l'argile verte est une des nombreuses variétés d'argile. Son utilisation thérapeutique remonte à l'Antiquité. Elle agit favorablement dans le rééquilibrage de la fonction digestive. Grâce à sa teneur en silice, l'argile verte a une authentique fonction de « pansement naturel ».

ARMOISE : l'huile essentielle contenue dans la feuille d'armoise a des propriétés régulatrices du cycle menstruel. La plante sera conseillée chez les femmes présentant un cycle irrégulier et également en cas de règles absentes ou peu abondantes. Prise régulièrement durant la deuxième moitié du cycle, l'armoise permet de supprimer ce que l'on appelle le syndrome prémenstruel, qui regroupe tout un ensemble de troubles dont souffrent les femmes durant les jours qui précèdent leurs règles (rétention d'eau, prise de poids, gonflement des seins, irritabilité…). Autre propriété intéressante, l'armoise contribue à calmer efficacement les douleurs abdominales existant durant les règles. Ces douleurs très désagréables et invalidantes pour la vie quotidienne proviennent de spasmes des muscles de l'utérus.

ARTICHAUT : l'artichaut est connu depuis toujours comme draineur hépatobiliaire naturel. C'est une plante appréciée depuis l'Antiquité, introduite en France à la Renaissance. Les propriétés de ses feuilles étaient connues depuis deux siècles : l'artichaut est bénéfique pour l'intestin, le rein et le foie grâce à la cynarine contenue dans ses feuilles.ASPERGE : l'asperge est une plante vivace très rustique ; originaire du littoral maritime elle prospère dans les terres légères, perméables à sous-sol frais mais non humide. L'asperge est traditionnellement utilisée pour ses vertus diurétiques et éliminatrices grâce à ses principes actifs (fructosanes et un saponoside).

AUBEPINE : Déjà célébrée par Ronsard dans ses Odes, l'aubépine est un petit arbre feuillu épineux, dont l'action des sommités fleuries sur le cœur a été découverte à la fin du XlXème siècle. Les flavonoïdes présents, notamment l'hyperoside et la vitexine, régularisent le rythme cardiaque : ils agissent ainsi sur les rythmes trop rapides, diminuent les palpitations du cœur et la perception exagérée des battements cardiaques chez les personnes anxieuses. C'est un tonicardiaque qui soutient les cœurs fatigués. L'aubépine a une action dilatatrice sur les coronaires et aide ainsi à prévenir les crises d'angoisse. Elle diminue la tension artérielle chez les hypertendus. Outre le cœur, l'aubépine a un autre domaine de prédilection : le système nerveux central. Elle réduit la nervosité et l'anxiété des adultes et des enfants, soigne les troubles du sommeil et améliore les troubles du rythme cardiaque chez le spasmophile. Sans accoutumance ni effets secondaires, elle remplace avantageusement les médicaments classiques de l'anxiété tout en évitant les inconvénients tels que somnolence pendant la journée, perte de mémoire…

AVENA SATIVA : au Moyen Âge, l'avena sativa était bannie de la cuisine des monastères car on pensait qu'elle avait des effets aphrodisiaques. Des recherches biologiques récentes ont confirmé qu'en plus de sa valeur nutritive exceptionnelle, l'avoine possède des propriétés énergétiques très remarquables. Dans l'avena sativa 28 flavonoïdes ont été identifiés, entre autres un groupe d'apigenines. Les flavonoïdes jouent un rôle important dans le maintien en bon état des artères. Une étude récente a montré un autre effet très important des apigenines : ils agissent comme inhibiteurs du processus de transformation des testostérones en œstrogènes catalysés par des enzymes arômatases.

AVOCAT (huile d') : l'huile d'avocat est extraite de l'avocat, fruit de l'avocatier. Cet arbre de 5 à 15 m de haut est originaire d'Amérique tropicale. Bien avant l'arrivée des conquistadores Espagnols, les Amérindiens et Aztèques d'Amérique du Sud et d'Amérique centrale employaient communément la chair du fruit de l'avocatier dans leur alimentation et pour protéger leur peau des vents desséchants. Ils l'appliquaient sur leur chevelure pour en favoriser la pousse. Ils considéraient la chair comme un stimulant sexuel de premier ordre et préparaient des recettes d'onguents destinés à retarder la vieillesse. Riche en acides gras essentiels l'huile d'avocat a de multiples applications. Sa teneur en insaponifiables tonifie, assouplit et restructure l'épiderme, stimule le cuir chevelu. Protectrice, elle répare les peaux sèches et très sèches et agit contre le vieillissement.

BADIANE (ou anis étoilé) : l'anis étoilé est le fruit de la badiane, arbuste originaire du Vietnam. La badiane est traditionnellement utilisée pour son pouvoir stimulant et rééquilibrant de la digestion.

BALLOTTE ou BALLOTE : la ballote est une plante herbacée vivace, d'odeur forte, très commune en France et en Europe. Son utilisation remonte à l'Antiquité et a suscité de nombreuses recherches et études cliniques. La ballote possède des propriétés sédatives, anxiolytiques et antidépressives mises à profit en cas de nervosité, d'anxiété, d'angoisse et de troubles nerveux liés à la ménopause. Dans les cas de troubles du sommeil, on l'utilisera pour favoriser l'endormissement chez les anxieux. Elle est également utilisée comme alternative aux benzodiazépines. Antispasmodique puissant, la ballote calmera les quintes de toux et les contractions digestives douloureuses. Cholérétique, la ballote peut tripler le volume de bile excrétée par demi heure et favoriser la digestion.

BAMBOU : le bambou est un roseau exotique qui peut atteindre 10 mètres de hauteur. En médecine naturelle, on utilise l'exsudat récolté sur les nœuds des tiges, appelé bamboosil ou tabashir aux Indes et en Chine. L'exsudat de bambou tabashir contient 60 % de silice colloïdale absorbable par l'organisme. Il stimule la synthèse du collagène contenu dans le tissu osseux et conjonctif et facilite ainsi la reconstitution du cartilage. Il contribue à la reminéralisation des articulations.

BARDANE : la bardane est une plante des régions tempérées commune dans les clairières. La bardane est traditionnellement utilisée pour l'hygiène de la peau. Elle possède une racine très allongée dont la composition riche en polyènes et en acides-alcools détermine l'activité thérapeutique. La bardane a une action dépurative sur la peau par rôle de draineur. Les acides-phénols favorisent l'élimination naturelle. De plus, les polyènes présents renforcent l'action dépurative.

BETA CAROTENE : Le bêtacarotène est traditionnellement utilisé comme un antioxydant qui va contribuer à détruire les radicaux libres avant qu'ils n'attaquent les cellules. Le bêtacarotène est (avec la vitamine E) le plus efficace au niveau de la peau… Il faut 10 kg de carottes et 8 kg de luzerne pour obtenir 1 g de bêtacarotène pur.

BETTERAVE ROUGE : la betterave rouge fournit un large éventail de minéraux, et contribue en particulier à la recharge de l'organisme en potassium, qui intervient pour régler la pression artérielle et permettre la transmission de l'influx nerveux. Elle participe également à la couverture du besoin de magnésium, une portion de 100 g de betterave assure 6 à 7 % de l'apport quotidien conseillé. A noter que du fait de sa richesse naturelle en sodium, elle doit être consommée avec modération dans un régime hyposodé très strict. Riche en fibres, la betterave aide à lutter contre la paresse intestinale : ses celluloses et hémicelluloses sont en effet très efficaces pour stimuler le fonctionnement des intestins. Les fibres de la betterave ont aussi la propriété de ralentir et régulariser l'assimilation des glucides, qui seront ainsi métabolisés plus progressivement. La betterave rouge renferme des quantités appréciables de vitamine B9.

BICARBONATE DE SOUDE : le bicarbonate de soude, poudre de couleur blanche pratiquement sans odeur, est un sel alcalin. Encore appelé : Carbonate mono sodique ou Hydrogénocarbonate de sodium. Soluble dans l'eau, il agit comme un tampon et neutralise les anions acides au niveau de la sphère digestive. C'est un minéral non toxique. Le bicarbonate de soude est traditionnellement utilisé pour réguler le pH trop acide.

BIFIDOBACTERIES : les bifidobactéries sont des espèces bactériennes de la flore normale de l'homme. Bien que variable d'une souche à l'autre, leurs capacités de résistance à l'acidité gastrique et aux sels biliaires sont généralement bonnes. Environ 30 %, de ces bactéries ingérées transitent vivantes dans l'intestin grêle. Selon les souches, elles présentent une adhérence intestinale variable, mais elles sont incapables de s'implanter durablement dans le tube digestif.

BLACK SEED : le black seed, carvi noir, cumin noir est une plante naturelle connue sous le terme scientifique de Habbatul Barakah Nigella Sativa. Elle est utilisée comme remède naturel depuis plus de 4000 ans, dans différentes parties du monde et, plus particulièrement en Extrême et au Moyen Orient. Le black seed est souvent utilisé dans le traitement des problèmes respiratoires. On s'en sert également pour ses bienfaits sur la sphère digestive, pour fortifier l'organisme et enfin pour accroître l'énergie et le tonus général.

BOUILLON BLANC : le bouillon blanc est une grande plante duveteuse dont les fleurs jaunes ont une odeur douce rappelant le miel. La présence de mucilages adoucissants et d'harpagosides anti-inflammatoires permet aux fleurs de bouillon blanc d'être utilisées avec succès dans le confort de la sphère respiratoire.

BOULEAU : les feuilles de bouleau contiennent des flavonoïdes, notamment l'hyperoside, aux propriétés diurétiques et dépuratives. Le bouleau est traditionnellement utilisé dans le traitement de la goutte. Il favorise l'élimination de l'acide urique.

BOURRACHE (huile de) : la bourrache est une plante répandue en Europe centrale et méridionale. Ses jolies fleurs bleues étaient autrefois utilisées en infusion pour leurs propriétés adoucissantes sur les maux de gorge. Actuellement, l'huile extraite des graines par pression à froid présente un grand intérêt. De par sa composition, l'huile de bourrache contient deux acides gras essentiels polyinsaturés : l'acide gamma linolénique dont elle est la source la plus importante connue du monde végétal — et l'acide linoléique. Absorbée par voie orale, elle permet de lutter contre le dessèchement cutané, freine le processus de vieillissement de la peau et prévient la formation des rides. Elle rend l'épiderme souple et résistant, et améliore les ongles et cheveux cassants. Outre ses bienfaits sur la peau, l'huile de bourrache aide à réguler les états prémenstruels et à surmonter les troubles de la préménopause et de la ménopause. Elle concourt favorablement à l'équilibre des bonnes graisses dans le sang. C'est aussi un précurseur naturel des prostaglandines (PGE1). Il est bon de rappeler que les dernières études scientifiques réalisées dans le monde entier tendent à prouver les bienfaits des PGE1 (molécules naturelles normalement fabriquées par l'organisme) qui posséderaient des propriétés anti-inflammatoires, anti-agrégantes plaquettaires, cicatrisantes, protectrices du système cardiovasculaire, anti-eczémateuse (eczéma atopique du nourrisson) et co-adjuvantes dans le traitement de la sclérose en plaques. Il est conseillé d'utiliser l'huile de bourrache en cures régulières pour bénéficier pleinement de ses bienfaits.

BROCOLI : le brocoli est très riche en fibres. Ses taux élevés en vitamine E, vitamine C et bêtacarotène nous assurent un bon apport en anti-oxydants. Ceux-ci combattent les maladies cardiaques. Il est riche en fer et en acide folique qui aident à combattre l'anémie.

BRUYERE : arbrisseau des bois de 0,20 à 0,80 cm dont on utilise surtout les sommités fleuries. Il est rare qu'une cystite résiste plus de 48 heures à la tisane de bruyère. Elle est surtout diurétique et sédative, c'est aussi un antiseptique des voies urinaires. Elle est conseillée pour la goutte, les rhumatismes et toutes les maladies liées à l'excès d'urée et d'acide urique.

BUSSEROLE : communément nommé « raisin d'ours », ce petit arbrisseau à tiges rampantes aux feuilles persistantes, se rencontre dans les régions montagneuses et les sous bois ombragés d'Europe, d'Asie et d'Amérique boréale. Utilisé depuis longtemps en Russie pour la tannerie, il faut attendre le XVIIIe siècle pour connaître un usage en médecine populaire. C'est au milieu du XIXe siècle que DEBOUT décrit ses propriétés antiseptiques urinaires, la busserole figure depuis dans de nombreuses pharmacopées. Au-delà de ses propriétés astringentes et anti-inflammatoires du système urinaire grâce à sa richesse en tanins, la feuille de busserole contient aussi un hétéroside phénolique, l'arbutoside. L'hydrolyse puis l'oxydation de l'arbutoside libèrent de l'hydroquinone, remarquable antiseptique urinaire et intestinal.

CAJEPUT : l'huile essentielle de cajeput est anti-infectieuse, antibacterienne, antiparasitaire, antispasmodique, antiseptique intestinal, et permet de combattre certaines maladies de peau comme le psoriasis.

CALCIUM : le calcium sert à notre organisme pour la formation des os et des dents mais est également nécessaire pour un parfait métabolisme et une saine fonction musculaire et nerveuse. Une carence en calcium se traduit par une fragilité des os, par un métabolisme perturbé, une nervosité accrue et des déficiences dentaires.

CALENDULA OU SOUCI : son nom vient du latin « sol sequi », « qui suit le soleil ». Aujourd'hui cultivé dans les jardins pour ses belles fleurs jaune oranger, le souci est longtemps resté méconnu. Ses vertus, découvertes dès le Moyen âge, ont été mises en lumière seulement au début de ce siècle avec l'homéopathie. De plus, cette « fleur de soleil » donne par macération dans une huile vierge (arachide, noisette) un remède universel aussi bien pour les fesses des bébés que pour les eczémas des plus âgés. Antiseptiques, antifongiques, cicatrisant, adoucissant, les pétales dorés du souci améliorent la qualité de la peau et sont utilisés en cas de crevasses, coups de soleil et eczéma. Les pétales donnent également un colorant jaune et une lotion apaisante pour les yeux. Le souci contient des précurseurs d'hormones et de vitamine A. Par voie interne, il apaise douleurs d'estomac et règles douloureuses et inflammations des ganglions lymphatiques. Stimulant le foie, il est recommandé aux alcooliques ; il est prescrit pour stimuler légèrement la production d'œstrogènes. Il est utilisé également pour son action bénéfique sur les vaisseaux sanguins. Le calendula facilite l'hémostase.

CAMOMILLE : la camomille est une plante herbacée vivace pouvant atteindre jusqu'à 50 centimètres de haut. Ses feuilles sont très petites, finement découpées, d'un vert à reflets blanchâtres. La camomille est utilisée depuis longtemps pour ses propriétés digestive et antispasmodique.

CAMOMILLE (grande) : la grande camomille est traditionnellement utilisée dans la prévention des crises migraineuses et dans les manifestations douloureuses des règles. Dès le Moyen âge, les Anglais la nomment Feverfew, car ils lui reconnaissent la propriété de faire baisser la fièvre. Par son action antispasmodique sur les vaisseaux sanguins, elle constitue le traitement de fond de la migraine. Le traitement est particulièrement bien supporté et n'entraîne pas de somnolence.

CAMOMILLE MATRICAIRE : La camomille matricaire (Matricaria chamomilla) est aussi connue sous le nom de camomille allemande. Elle présente des fleurs en forme de marguerite et des feuilles filiformes qui laissent échapper une faible odeur de pomme quand on les froisse. Elles poussent le long des routes, dans les prés ou les lieux incultes. Une infusion de camomille constitue depuis longtemps un moyen efficace et agréable de se détendre après une dure journée de travail. Des études ont montré que la plante avait des vertus pouvant aider à combattre l'insomnie. Des travaux publiés dans le British Medical Journal affirment qu'une prise régulière de matricaire suffit pour prévenir la migraine.

CAMPHRE : le camphre est une substance aromatique cristallisée extraite du camphrier (laurier d'Asie orientale et d'Océanie). Il est utilisé pour purifier la peau et la rafraîchir. Il est très recherché pour son action sur les articulations douloureuses et les inflammations.

CAMU CAMU : la forte teneur en vitamine C et acides aminés des fruits du camu camu lui confère des vertus stimulantes particulièrement appropriées aux périodes de croissance ou de fatigue. À titre comparatif, il fourni 30 fois plus de vitamine C, 10 fois plus de fer et 50 % de plus de phosphore qu'une orange.

CANNELLE : la cannelle est un ingrédient traditionnellement utilisé contre le rhume, le ballonnement, la nausée et les vomissements. Les huiles essentielles contenues dans cette plante sont connues et réputées pour leur fort pouvoir antiseptique. Leurs effets carminatifs (elles soulagent les gaz d'intestin et d'estomac) lui permettent d'atténuer les maux d'estomac et la diarrhée.

CANEFICIER : originaire de régions sèches de l'Inde et de Ceylan, cet arbre peut atteindre une dizaine de mètres de haut. Ses feuilles alternes, paripennées, peuvent faire 40 à 50 cm de long, les pennes sont ovoïdes. Les fleurs sont en racémes pendants de 50 cm, jaune pâle à jaune d'or, du plus bel effet. Les fruits qui les suivent sont des gousses rigides allongées faisant jusqu'à 60 cm, arrondies, marron foncé, qui ressemblent à de longues saucisses. Ces gousses sont divisées en loges renfermant une pulpe noire sucrée et collante, qui possède des propriétés purgatives, dues entre autre à l'acide cathartique. Elle est également utilisée en Rhodésie contre la malaria, l'hématurie et les anthrax.

CAROTTE : la carotte est un aliment alcalinisant nutritif, reminéralisant, et tonifiant, qui stimule la croissance et augmente la résistance générale du terrain en renforçant les défenses naturelles. Elle possède un pouvoir hématopoïétique (stimulation de la formation des globules rouges du sang) dont découlent ses propriétés anti-anémiques. La carotte facilite, régularise ou rétablit les fonctions digestives. Elle présente une action diurétique et aide à l'élimination des déchets produits par la contraction musculaire. Elle favorise la sécrétion lactée (galactogogue). La carotte a aussi des vertus hypoglycémiantes qui la font recommander dans le régime des diabétiques. La carotte est surtout connue pour ses capacités à augmenter l'acuité visuelle, ainsi que la vision crépusculaire et nocturne, renforcer la résistance de l'épiderme à l'agression des rayons ultra-violets, colorer légèrement la peau, faciliter le bronzage tout en prévenant les allergies solaires.

CAROUBE (gomme de) : la gomme de caroube est une graine extraite du caroubier, arbre commun sur tout le pourtour méditerranéen. Il reste cultivé dans les régions défavorisées pour ses fruits ou gousses, utilisés en alimentation humaine sous le nom de pain de Saint Jean. Les galacto-mananes de la gomme de caroube sont capables d'absorber 100 fois leur volume d'eau, créant ainsi un gel coupe-faim sur les parois de l'estomac.

CARTILAGE DE BRECHET DE POULET : une étude scientifique franco-américaine a montré les propriétés du cartilage de poulet dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde invalidante, une forme aggravée de l'arthrose. Elle attaque également l'ensemble du tissu conjonctif des articulations et des vertèbres. Maladie auto-immune, c'est-à-dire qu'elle provient d'un dérèglement du système immunitaire qui pousse l'organisme à « s'attaquer lui même ». Elle détruit jour après jour le cartilage inter-articulaire jusqu'à la paralysie. Maladie très douloureuse elle était traitée jusqu'à présent aux anti-inflammatoires et à la cortisone. Des scientifiques Français et Américains viennent de démontrer qu'un apport exogène de cartilage de poulet stoppait immédiatement la progression de la maladie. Ceci parce que le système immunitaire ne fait pas de distinction entre le cartilage endogène et exogène. Un cartilage d'origine alimentaire lui « convient très bien ». Le cartilage de bréchet de poulet ainsi absorbé sera attaqué prioritairement et d'autant plus facilement qu'il aura été métabolisé par l'organisme. Le cartilage de bréchet de poulet agit ainsi comme un leurre et les macrophages (cellules épuratives qui assurent la phagocytose) vont se détourner du cartilage articulaire pour ne plus digérer que le cartilage de bréchet de poulet et le collagène qui le compose.

CARTILAGE DE RAIE : le cartilage de raie est un coproduit de la pêche disponible en grande quantité en Bretagne. Il contient une molécule intéressante, le sulfate de chondroïtine (CS), reconnue pour ses nombreuses applications dans l'industrie pharmaceutique et cosmétique. Cette substance est un constituant essentiel de la matière cartilagineuse. Du cartilage de la raie est extrait un anti-inflammatoire naturel.

CARTILAGE DE REQUIN : c'est au début des années 80, que des chercheurs se sont penchés sur les vertus curatives du cartilage de requin. Le cartilage est un tissu avasculaire. Aucun vaisseau sanguin ne pénètre le cartilage, ce qui fait soupçonner la présence d'un inhibiteur de l'angiogenèse. En 1983, Lee et Langer ont publié un article dans la revue prestigieuse Science, qui démontrait que l'extrait de cartilage de requin contient des inhibiteurs de l'angiogenèse. Ces mêmes chercheurs avancent que certains produits dérivés du requin, pourraient apporter un soutient nutritionnel majeur dans les traitements de certains maux comme l'arthrite, les rhumatismes, le psoriasis. D'autres affections sont également concernées : le syndrome du grêle irritable, la rétinite diabétique et les longues maladies. Les mêmes chercheurs prétendent que le cartilage de requin pourrait réduire la douleur dans approximativement 70 % des cas d'ostéo-arthrite, et 60 % dans les cas d'arthrite rhumatismale. Il semble être souverain dans nombre de maladies dégénératives des os et des cartilages dues au vieillissement telles que l'arthrite, l'arthrose, l'inflammation des articulations, les rhumatismes, l'entérite, l'inflammation de l'intestin, le diabète, la rectocolite, et les maladies de l'œil liées à la rupture des petits vaisseaux sanguins de la rétine (glaucome, cécité), sans parler du psoriasis…

CARTHAME (huile de) : l'huile vierge de carthame est l'huile végétale la plus riche en acides poly-insaturés avec 74 % d'acide linolénique et 20 % d'acide oléique. Elle régule les peaux sèches et très sèches. L'huile de carthame permettrait entre autre de diminuer le taux de cholestérol et de réduire les maladies cardiaques.

CARVI : nos ancêtres préhistoriques, il y a 5000 ans, utilisaient déjà le carvi. Originaire d'Asie, ce cousin du persil est aujourd'hui commun dans une partie de l'Europe, tant à l'état sauvage que sous forme de culture (Hollande, Allemagne, Hongrie et République Tchèque). Sa graine brune, arquée et pointue, porte en guise de signature cinq stries caractéristiques. Le carvi a des vertus stimulantes et diurétiques. Et on dit qu'il constitue un excellent remède contre les maux de ventre, ainsi qu'un bon moyen de mettre en appétit.

CASSIS (baie de cassis) : les baies de cassis sont les fruits du cassissier, arbrisseau touffu originaire des pays nordiques. Il est bien connu des gourmets pour ses fruits, qui sont de petites baies noires délicieuses. De récents travaux ont montré que les anthocyanes contenus dans les fruits de cassis peuvent être considérés comme des piégeurs de radicaux libres, luttant ainsi contre le vieillissement des parois des vaisseaux. La vitamine C et les anthocyanes contenus dans les baies contribuent à renforcer la résistance et la perméabilité des capillaires, améliorant ainsi la microcirculation et pouvant être à ce titre utilisés pour le confort circulatoire et pour les jambes légères.

CASSIS (feuilles) : les feuilles de cassis présentent un grand intérêt en phytothérapie. Elles renferment des flavonoïdes aux propriétés remarquables sur la mobilité articulaire, sans avoir d'inconvénients gastriques. Les feuilles de cassis sont utilisées depuis des temps immémoriaux pour leurs vertus éliminatrices des déchets de l'organisme.

CAT'S CLAW (griffe de chat) : Le Cat's Claw (Uncaria Tomentosa) ou griffe de chat est une plante à l'aspect d'une grande vigne que l'on trouve dans la forêt amazonienne. Cette plante est utilisée par les tribus indiennes du Pérou depuis au moins 2000 ans. Les indiens Ashaninka utilisent la griffe de chat pour traiter l'asthme, les inflammations de l'urètre, pour se remettre d'un accouchement, comme dépuratif, pour l'arthrite, les rhumatismes, les douleurs des os, les inflammations, les ulcères, les tumeurs etc. On comprend pourquoi le Cat's Claw est surnommé : « l'herbe sacrée de la forêt de pluie péruvienne ». Au début des années soixante-dix, Keplinger, un journaliste et ethnologue autodidacte autrichien est à l'origine des premières études systématiques sur le Cat's Claw. Quatre méthodes brevetées aux États-Unis ont permis de mettre en évidence les actions immunostimulantes des alcaloïdes contenus dans cette plante. En mai 1994, l'Organisation Mondiale de la Santé a financé l'organisation de la première conférence internationale sur la griffe de chat à Genève. A cette conférence le Cat's Claw a reçu la reconnaissance officielle comme plante médicinale. La seule plante qui a bénéficié d'une telle attention est la quinine qui a été découverte dans l'écorce d'un arbre Péruvien au XVIIe siècle. Aucune autre plante de la forêt équatoriale, depuis ce temps, n'avait connu un tel engouement de la part du monde scientifique.

CELERI : légume-racine, le céleri-rave (Apium graveolens) est issu d'une forme sauvage d'ombellifère dont on a sélectionné certaines variétés ayant une racine très développée, puisque c'est cette partie de la plante qui est consommée (d'autres variétés donnent le céleri-branche). Le céleri-rave a pour première caractéristique d'être très riche en fibres (5 %), essentiellement composées de celluloses et d'hémicelluloses. Elles confèrent à ce légume sa texture ferme et croquante, et influent sur sa digestibilité. Le céleri est aussi traditionnellement utilisé pour lutter contre les troubles de la prostate.

CERISE (queue de) : la queue de cerise représente le pédoncule de la griotte ou cerise rouge, fruit du griottier. Connue et utilisée depuis des siècles comme dépuratif et diurétique, la queue de cerise est particulièrement appréciée aujourd'hui pour son action diurétique sûre et sans effet indésirable. Elle permet de nettoyer l'ensemble de l'organisme en éliminant les toxines accumulées dans le corps. Les flavonoïdes et sels de potassium qu'elle contient favorisent l'élimination rénale de l'eau.

CHARBON VEGETAL : le charbon végétal actif est obtenu par carbonisation de coques de noix de coco. Un procédé permet ensuite de créer tout un réseau de pores qui augmente considérablement la surface spécifique d'adsorption du charbon. Il constitue ainsi le plus puissant adsorbant d'origine naturelle actuellement connu. Le charbon végétal actif reste dans le tube digestif où il est parfaitement toléré. Il a la capacité d'adsorber c'est-à-dire de fixer sur sa surface diverses substances telles les bactéries, les toxines et les gaz. Il va être bénéfique contre les troubles fonctionnels du système digestif. Le charbon végétal actif est favorable à une meilleure haleine due généralement à une trop forte fermentation intestinale.

CHARDON MARIE : le nom de chardon marie vient d'une jolie légende du Moyen âge. La Vierge Marie, voulant cacher l'enfant Jésus aux soldats d'Hérode le Grand le dissimula sous les larges feuilles d'un chardon. Dans sa hâte, quelques gouttes de lait tombèrent de son sein sur les feuilles de chardon, qui en ont gardé une trace héréditaire près de leurs nervures. Sur le plan scientifique, le fruit de cette plante renferme trois substances bénéfiques pour le foie, réunies sous le nom de silymarine. La silymarine est hépatoprotectrice. Elle améliore le dynamisme de la vésicule biliaire et, à ce titre, est active en cas d'insuffisance hépatique ou de calculs biliaires. Le chardon marie est aussi hémostatique. La silymarine est bénéfique dans le traitement des séquelles de l'hépatite.

CHIENDENT : Le chiendent, que l'on récolte au printemps et en automne, possède des rhizomes longs et rampants. Il a des propriétés bénéfiques sur les voies urinaires. Dans l'antiquité, les médecins grecs et latins louaient ses qualités diurétiques et le préconisaient pour dissoudre les calculs urinaires. Excellent dépuratif, très riche en fructosane, le chiendent favorise l'élimination naturelle.

CHITOSAN : le chitosan est un produit naturel dérivé de la chitine. La chitine, biopolymère non toxique et biodégradable, est extraite principalement de la carapace des crustacés et notamment de l'exosquelette de la « crevette ronchonne ». Il s'agit donc d'un ingrédient utilisé couramment dans l'alimentation, les carapaces de crustacés entrant dans la fabrication de la bisque de homard ou plus généralement des soupes de poissons. Le chitosan est un polysaccharide de structure voisine de celle de la cellulose. Comme la cellulose, le chitosan est une fibre non digérée par l'organisme. Surnommé aussi « le piège à gras » ou « La fibre de l'avenir », le chitosan a la propriété unique d'absorber (comme un buvard) une grande partie des graisses alimentaires (effet lipophile). Ensuite, l'ensemble ainsi formé (chitosan + graisses), non assimilable par l'organisme, sera éliminé par les voies naturelles. Le chitosan se révèle donc un atout important dans le cadre des régimes amincissants. De plus, il contribue à favoriser le bon cholestérol. Il participe également à l'hygiène digestive et au rééquilibrage d'un pH trop acide.

CHLORELLA : la chlorella est une algue d'eau douce composée pour 60 % de protéines. Elle est considérée comme un supplément complet, car elle contient toutes les vitamines B, la vitamine C, la vitamine E, le zinc, le calcium, le cuivre, le fer, le magnésium et le germanium. La chlorella a pour effet de maintenir le pH équilibré. De plus, elle améliore la fonction intestinale en stimulant le péristaltisme intestinal ainsi que la croissance des bactéries favorables tout en éliminant les produits de désintégration ou les métaux lourds des intestins.

CHOLINE : c'est une substance apparentée aux vitamines du groupe B que l'on retrouve dans la lécithine de soja sous forme de phosphatidylcholine. La choline intervient dans l'élaboration de la gaine de myeline, constituant majeur des nerfs.

CHONDROÏTINE : la chondroïtine, tout comme la glucosamine, est une substance fabriquée par notre organisme, présente dans les cartilages, et extraite de la chitine des crabes, crevettes, langoustes, et homards. On l'utilise comme accélérateur de calcification. Elle augmente l'absorption intestinale du calcium ainsi que sa fixation osseuse tout en diminuant l'ostéolyse (destruction pathologique du tissu osseux). La chondroïtine est utilisée pour traiter les problèmes articulaires, l'arthrose en particulier.

CHONDRUS CRISPUS : le chondrus crispus est une mousse d'algue connue aussi sous le nom de « mousse irlandaise ». Cette algue de 15 cm de haut pousse en Irlande sur les rochers sous l'eau dans les fonds obscurs. Son nom anglais "Carrageen" (Carrageen en Irlandais est le diminutif de rocher), date de 1840. Le chondrus crispus est utilisé pour la fabrication de produits diététiques, de baumes, de pommades et de substituts de repas. En utilisation externe, elle est utilisée pour le confort circulatoire.

CHOU VERT : Le chou est un aliment particulièrement précieux, modèle « d'aliment-prévention ». Il s'agit en effet d'un légume riche en provitamine A, en vitamines C et E, en fibres, éléments qui ont pour caractéristiques d'entretenir l'état de santé de nos cellules. On a de plus mis en évidence, dans le chou, la présence d'autres substances telles les indoles, les isothiocyanates et les dithiolthiones qui semblent avoir de puissants effets anti-carcinogènes. De très nombreuses expérimentations menées depuis une vingtaine d'années, tant sur l'animal que chez l'homme, confirment l'action bénéfique d'une consommation régulière de chou dans la prévention du cancer du colon et de l'estomac, mais aussi du cancer du poumon, de l'œsophage, du rectum ou de la vessie. Grâce à sa bonne densité vitaminique, le chou contribue aussi très efficacement à la couverture de nos besoins vitaminiques.

CIMICIFUGA RACEMOSA : le cimicifuga racemosa est utilisé depuis de nombreuses années comme ingrédient dans les compléments alimentaires en Europe et aux États Unis. Originaire des régions montagneuses d'Amérique du Nord, l'actée à grappes (Cimicifuga racemosa) était utilisée par les Indiens pour faciliter l'accouchement et contre les morsures de serpents. Ses effets positifs sur la ménopause sont bien établis sur la base de nombreuses études et observations cliniques.

CITRON : originaire de l'Inde, le citron est un des fruits les plus employés en médecine naturelle. En effet, les propriétés de son huile sont tellement nombreuses qu'il est utilisé systématiquement avec un réel succès dans de nombreuses affections. Ainsi, le citron s'utilise pour traiter les maladies infectieuses et contagieuses, et en prévention des épidémies. Son huile est également appréciée pour les cures d'amincissement, pour les soins des peaux à tendance grasse et pour renforcer des ongles cassants. Le citron possède un atout remarquable : sa richesse en vitamine C (52 mg aux 100 g). La présence de cette vitamine sous une forme naturelle, et le fait qu'elle soit accompagnée d'autres substances nutritionnellement actives (vitamine P, acides organiques, sélénium, fibres…) rendent le citron particulièrement bénéfique pour l'équilibre alimentaire, dans l'immédiat et à long terme.

CITRON (bioflavonoïdes de) : les bioflavonoïdes de citron sont très utiles au confort circulatoire. Ils permettent de lutter contre les insuffisances veineuses des membres inférieures (sensation de pesanteur, douleurs, crampes nocturnes), contre les problèmes de fragilité capillaire et les insuffisances veino-lymphatique.

COLZA (huile de) : en raison de ses acides gras, l'huile de colza compte parmi les plus précieuses huiles comestibles. L'originalité principale de l'huile de colza est qu'elle contient 9 % d'acide alphalinolénique oméga 3, acide gras essentiel qui pourrait être assimilé à une vitamine et qui fait défaut dans l'alimentation des populations occidentales, en particulier en France.

COURGE (graines) : Autrefois utilisées pour leur action ténifuge, les graines de courge ont trouvé aujourd'hui un nouvel emploi comme décongestionnant prostatique. En effet, l'huile qui en est extraite a montré un effet positif sur le prostatisme et est recommandée en prévention de cette affection masculine très courante.

CUIVRE : Le cuivre est un oligo-élément indispensable à l'organisme, il participe à des réactions enzymatiques complexes qui protègent nos cellules de l'agression des radicaux libres. Il possède une activité anti-inflammatoire remarquable en ce qui concerne les douleurs articulaires ou rhumatismales. Il entre dans la synthèse de l'hémoglobine et la construction osseuse. Enfin, son activité anti-infectieuse est reconnue, notamment en ce qui concerne les infections hivernales qu'il permet de prévenir ou de diminuer en intensité, en participant aux processus de défense de l'organisme. Il est notamment particulièrement actif au début des maladies infectieuses (grippe…), car il favorise la réplication des lymphocytes. Le cuivre possède également une activité bactériostatique principalement sur les germes de la sphère ORL. La voie sublinguale est la mieux adaptée et la dose quotidienne généralement recommandée est comprise entre 50 et 100 mcg. Attention toutefois car le cuivre est un toxique s'il est absorbé en excès. Il s'accumule au niveau du foie, provoquant une cirrhose. La prise de 10 milligrammes par jour suffit pour déclencher des crampes, des diarrhées et des vomissements.

CURCUMA : Le curcuma est une plante cultivée dans l'ensemble de l'Asie tropicale, depuis des temps très anciens. En hiver, on arrache son rhizome, qui est séché, puis découpé ou réduit en poudre. Le rhizome du curcuma possède depuis longtemps des vertus thérapeutiques décrites dans d'anciens traités de médecine indienne. En effet, la poudre de curcuma était réputée pour ses propriétés digestive et stimulante. En Chine, on l'utilisait contre les douleurs abdominales et les ictères. Introduit tardivement en Europe, le curcuma a fait l'objet de nombreuses études, qui ont démontré son action favorable sur la sécrétion et l'excrétion biliaire (action cholérétique et cholagogue), ainsi qu'une activité antibactérienne. Le curcuma présente également une action anti-inflammatoire qui peut se révéler intéressante. Enfin, le curcuma est un stimulant de l'appétit et un très bon reconstituant général qui peut être utilisé dans les convalescences post-opératoires.

CYNORHODON : le berceau des graines de la rose s'appelle le cynorhodon. Il est situé sous les fleurs après la chute des pétales. L'extrait d'églantier contient de l'acide ascorbique naturel (vitamine C). Le fruit de l'églantier ne contient pas que de la vitamine C, mais aussi les substances de soutien appelées bioflavonoïdes tels que la rutine et l'hespéredine, lesquels facilitent l'assimilation de la vitamine C. C'est ainsi que les tissus conjonctifs de l'organisme redeviennent élastiques et rajeunis. Ceci prévient le plissement et l'affaissement de ces tissus, renforce les vaisseaux sanguins et les capillaires (minuscules vaisseaux sanguins), et les empêche de s'abîmer et de faire des bleus. Historiquement, l'églantier a été utilisé comme supplément nutritionnel mais aussi comme laxatif doux et comme diurétique.

CYPRES : originaire du pourtour de la mer Egée, introduit dans la zone méditerranéenne, le cyprès est largement cultivé à des fins ornementales dans le sud de l'Europe. La composition de ses cônes, riches en polyphénols, présente un grand intérêt dans le traitement des troubles vasculaires tels les hémorroïdes et les varices. Les flavonoïdes présents ont une action anti-inflammatoire très utile dans le traitement des crises hémorroïdaires. Les cônes de cyprès renferment un taux élevé de pycnogénols aux propriétés veinotoniques recherchées en cas de jambes lourdes. Les proanthocyanidols présents jouent un rôle protecteur des membranes contre l'oxydation provoquée par les radicaux libres. Ils ont un effet stabilisateur sur le collagène et le protègent des agents dénaturants. Par fixation sélective sur la paroi des vaisseaux, ils assurent une perméabilité vasculaire normale empêchant le sang de stagner dans les jambes. Dans une étude très récente le cyprès utilisé sous forme de gélules, présente une meilleure activité sur les symptômes fonctionnels de l'insuffisance veineuse qu'un traitement par un phlébotonique classique, et ce, sans les effets secondaires habituels.

DAMIANA : on dit que les Aztèques ont été parmi les premiers à utiliser la damiana comme aphrodisiaque. En effet, la damiana est aujourd'hui encore utilisée pour stimuler le désir sexuel. On l'a employée dans les cas d'impuissance chez l'homme et de frigidité chez la femme. Les chercheurs émettent l'hypothèse que ces effets sont la conséquence d'une plus grande sensibilité clitoridienne et d'une meilleure lubrification vaginale, conséquentes à la plus grande circulation sanguine.

DATTE DE FLORIDE : la datte de Floride est connue de certaines peuplades d'Amérique du Sud qui l'utilisent pour agir favorablement dans le vieillissement de certains organes ou glandes sexuels. Une étude publiée le 28 septembre 1998 dans la revue médicale Urology vient de conclure que la datte de Floride serait un agent pouvant améliorer sensiblement les symptômes du canal urinaire inférieur chez les hommes atteints d'hypertrophie bénigne de la prostate. Cette étude avait comme objectif de déterminer les effets de la datte de Floride sur la vidange de la vessie et de mesurer les paramètres urodynamiques d'hommes ayant des symptômes du canal urinaire inférieur, présumément consécutifs à une hypertrophie bénigne de la prostate (HPB). Les chercheurs ont recruté 50 hommes ayant un score minimum de 10 sur l'échelle IPSS (International Prostate Symptoms Score) qui furent traités pendant 6 mois avec 160 mg quotidiens d'un extrait commercial de datte de Floride. Des mesures furent effectuées à tous les résultats et indiquèrent une amélioration du score IPSS moyen de 19,5 (+-5.5) à 12,5 (+-7.0). Au fur et à mesure de l'étude, le pourcentage d'hommes notant une amélioration de leurs symptômes supérieure à 50 % passa de 21 % après 2 mois, à 30 % après 4 mois et à 46 % après 6 mois. (Source : Alternative Therapies in Health and Medicine, vol. 4, no. 5, September 1998). La datte de Floride s'est également révélée opérante dans le traitement des états congestifs du petit bassin de la femme et également dans les dysfonctionnements énergétiques du système pelvien-moteur. Certains gynécologues et urologues américains la préconisent dans les cystites inflammatoires.

DESMODIUM : le desmodium adscendens est une plante très répandue dans les pays d'Afrique équatoriale. Elle appartient à la famille des légumineuses. On la retrouve sur les étals des marchands Africains qui la présentent à la fois comme une denrée alimentaire, diététique et possédant des vertus bénéfiques pour la santé. Ce sont les explorateurs européens du début du siècle qui l'introduisirent en Europe où elle jouit aujourd'hui d'une réputation sans cesse grandissante. Les travaux scientifiques ont confirmé depuis vingt ans les merveilleuses propriétés de cette légumineuse sur le foie. Le desmodium rejoint par l'activité de ses principes actifs le chardon marie et l'artichaut qui justifient son utilisation bénéfique sur la sphère hépatobiliaire.

DOLOMITE : la dolomite est une roche constituée d'anciens fonds marins. Il s'agit d'un carbonate naturel double composé de calcium et de magnésium. La dolomite est très riche en substances minérales naturelles qui sont parfaitement assimilables par l'organisme, et l'équilibre calcium/magnésium assure l'assimilation du calcium sous forme de carbonate naturel. Elle est très indiquée dans : insuffisance de calcium et de magnésium, irritation des nerfs, insomnie, douleurs musculaires et menstruelles, crampes.

DONG QUAI : le dong quaï est utilisé depuis des milliers d'années pour les problèmes féminins. C'est une plante très populaire en Chine ou elle tient la même place que le ginseng. La recherche clinique prétend qu'il règle les contractions utérines, protège le foie, augmente la circulation coronarienne, dilate les artères coronariennes, active la phagocytose, qu'il est hypotenseur, anti-athérosclérotique, antithrombique, antilipémique, antibiotique, anti-inflammatoire, sédatif et analgésique.

 

ECHINACEE : l'échinacée (Echinacea purpurea) est originaire du centre de l'Amérique du Nord. La racine de la plante est utilisée depuis longtemps par les Amérindiens : ils l'utilisaient en externe lors de blessures, de brûlures, de piqûres d'insectes. Les Comanches la mastiquaient pour les maux de dents et de gorge. Les Sioux l'employaient très souvent comme antidote lors de morsures de serpent et au cours d'états infectieux. Les immigrants européens en Amérique du Nord s'y intéressèrent très rapidement. En 1880, un immigrant allemand, H.C.F. Meyer, conçut une préparation à base d'échinacée, et la commercialisa sous le nom de "Meyer's Blood Purifier". Elle rencontra un immense succès populaire. La plante fut par la suite admise par la médecine officielle américaine. De nos jours, l'échinacée est couramment utilisée pour ses propriétés stimulantes des défenses immunitaires, anti-inflammatoires et anti-allergiques. Elle contribue au dynamisme et au tonus de l'organisme.

ELEUTHEROCOQUE : l'éleuthérocoque, appelé « Ginseng russe » était très prisé dans la C.E.I. (ex-U.R.S.S.). Sa racine renferme des éleuthérosides, auxquels elle doit ses propriétés. Elle est "adaptogène", c'est-à-dire qu'elle va agir sur l'organisme en favorisant son adaptation harmonieuse à diverses situations. L'éleuthérocoque est, par exemple, utilisé par les cosmonautes russes auxquels il apporte une meilleure adaptation à l'espace. La racine d'éleuthérocoque facilite aussi l'effort physique, augmente la capacité de résistance et améliore la récupération après l'effort. Elle est utilisée depuis longtemps par les athlètes russes. Cette racine est vitalisante : c'est un bon tonique masculin. Son effet stimulant et vitalisant serait expliqué par un contrôle hormonal sur les organes concernés, par l'intermédiaire de l'hypophyse et de l'hypothalamus. L'éleuthérocoque facilite aussi la concentration intellectuelle. C'est un allié de choix des traitements homéopathiques, puisqu'il stimule les réactions de défense sans se substituer à elles.

ELIXIRS FLORAUX : le concept d'élixir floral est l'aboutissement d'une philosophie globale de l'énergie, la traduction en conclusions et actes pratiques d'un système de pensée préalable. Le bio-énergéticien se trouve éclairé en sa démarche par une vérité initiale : chaque être humain est une entité étroitement liée au cosmos. Indissociée du tout cosmique la personne se voit imprégnée d'éléments et de forces innombrables, les uns qui la forment, les autres qui la traversent venant de la terre et des astres.

ESCHOLTZIA : l'escholtzia nous vient de Californie où il couvre de vastes étendues à proximité des forêts de séquoias. En France, on le trouve plus particulièrement dans la région de Montpellier. L'escholtzia renferme des alcaloïdes, notamment de la californidine. Cette plante est un hypnotique naturel : elle apporte un sommeil réparateur et paisible, supprime les difficultés d'endormissement, les cauchemars et les réveils nocturnes. Elle est anxiolytique et sédative : elle permet aux anxieux et aux nerveux de tous âges de retrouver une vie calme, sans stress. N'ayant pas d'effet secondaire ni de problème d'accoutumance, l'escholtzia constitue une alternative de choix pour vivre des nuits calmes.

EUCALYPTUS : les feuilles d'eucalyptus sont riches en huile essentielle (1,5 %) dont le composant majeur est l'eucalyptol. L'huile essentielle est mucolytique, c'est-à-dire qu'elle fluidifie les sécrétions pulmonaires et favorise ainsi leur évacuation. Elle est antitussive et supprime l'irritation des bronches. De plus, elle possède une bonne activité antibactérienne.

FENOUIL : le fenouil ou aneth doux est une plante médicinale de la haute Antiquité. Son huile essentielle était alors utilisée contre les parasites du corps. Toute la plante possède une agréable odeur anisée. C'est le fruit qui est utilisé pour ses propriétés sur l'appareil digestif. Le fenouil est traditionnellement utilisé pour éviter les fermentations intestinales en combattant la formation des gaz intestinaux. C'est aussi un stimulant de la digestion.

FENUGREC : le fenugrec est une plante largement cultivée en Inde et en Chine. Ses graines, de couleur fauve, contenues dans des gousses, sont riches en protéines et en sapogénines. De plus, de récents travaux scientifiques réalisés aux Etats-Unis montrent qu'il agit favorablement sur le contrôle du métabolisme des sucres.

FER : le fer favorise l'hématopoïèse (renouvellement du sang). Il entre dans la constitution de l'hémoglobine. Le contenu en fer du sang permet le transfert de l'oxygène respiré. Il y a du fer dans les muscles, dans le foie et dans les tissus conjonctifs. La durée de vie des globules rouges du sang est courte et l'on estime que chaque seconde environ 2,5 millions de globules rouges doivent être livrés à la moelle osseuse. Il est donc important qu'il y ait suffisamment de fer à disposition. La quantité présente dans notre corps n'est que de 3,5 g environ, cependant, notre souffle de vie et notre existence sont liées à ces infimes traces. Les maux de tête, la peau sèche, les rainures dans les ongles, les cheveux cassants, la pâleur et l'essoufflement sont souvent dus à une carence en fer. L'anémie, provoquée par une carence en fer, favorise la surinfection des voies respiratoires supérieures. A consommer sous forme de citrate ou gluconate.

FIGUE : fruit du figuier formé par toute l'inflorescence qui devient charnue après la fécondation. Le figuier est un arbre de 4 ou 5 mètres de hauteur, son écorce est lisse, gris clair. Les feuilles sont grandes, lobées. Les fleurs sont petites. Le fruit est un akène. La figue fraîche renferme des sucres, des vitamines A et C. Le latex, qui exsude de toutes les parties de la plante, contient des enzymes agissant dans plusieurs directions. La figue est classée parmi les quatre fruits pectoraux (avec la datte, le jujube et les raisins secs). Elle est connue depuis la plus haute Antiquité pour ses propriétés émollientes, pectorales et laxatives.

FRAGON ou petit HOUX : le fragon est utilisé depuis très longtemps comme diurétique. Des études ont montré que le fragon a un effet veinotonique dû à un mécanisme alpha-adrénergique. Les saponosides stéroïdiques présents ont une action vasoconstrictrice, anti-inflammatoire et anti-œdémateuse très utile dans le traitement des hémorroïdes et des jambes lourdes. Quant au rutoside, il a une activité vitaminique P, améliorant la résistance des capillaires. Toutes ces propriétés font que le fragon pallie efficacement les symptômes liés à l'insuffisance veino lymphatique et soulage les troubles veineux des membres inférieurs.

FRENE : la feuille de frêne contient surtout un flavonoïde : le rutoside aux propriétés anti-inflammatoires, du mannitol, et des sels de potassium qui lui donnent ses propriétés diurétiques, ainsi que de nombreux tanins (catéchique et gallique), des mucilages, et une faible quantité d'hétérosides coumariniques (fraxoside). La feuille de frêne possède essentiellement des propriétés anti-inflammatoires, diurétiques…

FUCUS : le fucus est une algue brune de rivage qui pousse sur les rochers avant d'être récoltée manuellement. Une des particularités du fucus est d'activer les glandes sudoripares et par conséquent la sudation. Riche en nombreuses vitamines, dont l'acide folique, la vitamine C, des vitamines du groupe B (B1, B2, B6, B12). Il favorise le métabolisme des nutriments, en particulier des sucres, d'où son intérêt alimentaire et son rôle de stimulant des échanges cellulaires et de l'élimination des déchets de l'organisme. Riche en protéines végétales assimilables, le fucus est pauvre en calories et en lipides. De plus, il contient des fibres végétales facilitant le transit intestinal ainsi que des mucilages non assimilables, ayant la propriété de gonfler dans l'estomac au contact de l'eau provoquant ainsi l'effet coupe-faim naturel.

FRUCTO OLIGO SACCHARIDES (FOS) :
les prébiotiques sont des substrats qui favorisent le développement de la flore intestinale. Ils sont considérés comme de véritables facteurs de croissance. Les prébiotiques sont principalement constitués par les fructo-oligo-saccharides (FOS). Les FOS sont des dérivés du saccharose qui appartiennent à la famille des fructanes à courte-chaînes. Ce sont des glucides naturels d'origine végétale. On les trouve en faible quantité dans les fruits et légumes (betterave, banane, artichaut, asperge, oignon, ail…) et dans les céréales (blé, orge, seigle). Leur devenir permet de les classer parmi les fibres alimentaires solubles. Des études scientifiques ont mis en évidence que la consommation quotidienne de prébiotiques permet d'assurer l'équilibre de la flore et d'améliorer le transit intestinal. La consommation de fibres alimentaires en Europe est de 2 à 3 fois plus faible que celle habituellement recommandée. En janvier 1997, le Conseil Supérieur d'Hygiène Publique de France a officiellement validé l'effet bifidogène des FOS à partir d'une dose journalière de 5 g. Les prébiotiques vont donc nourrir les probiotiques afin de leur permettre d'accroître leur nombre et leur activité. Cette association est fondamentale pour intensifier l'efficacité des probiotiques.

************************************************************************************

 



29/06/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 136 autres membres