Association Nymphéas loi 1901

ingrédients et compléments alimentaires

OLIGO-ELEMENTS : le terme oligo-élément désigne des métaux ou des métalloïdes, dont la concentration tissulaire est inférieure à 1 mg/kg.
Les oligo-éléments essentiels : plus de 50 éléments ont été retrouvés chez l'homme, mais à peine une quinzaine se révèlent indispensables au bon fonctionnement de l'organisme : chrome, cobalt, cuivre, étain, fer, fluor, iode, manganèse, molybdène, nickel, sélénium, silicium, vanadium et zinc. Ces oligo-éléments sont dits " essentiels " car ils agissent comme catalyseurs de réactions biochimiques. Non synthétisés par l'organisme, ils nécessitent un apport alimentaire. Toute carence entraîne un trouble fonctionnel nécessitant une supplémentation à dose physiologique.
Les oligo-éléments non essentiels : les oligo-éléments non essentiels ou artificiels ne sont pas habituellement présents chez l'homme : aluminium, argent, bismuth, lithium, or… Aucune action physiologique naturelle ne leur est attribuée. En revanche, ils sont dotés de propriétés pharmacologiques indiscutables à dose pondérale. Dans le cadre de l'oligothérapie, il sont prescrits à faible dose (de l'ordre du microgramme).

OLIVE (huile d') : de toutes les graisses alimentaires, l'huile d'olive est la plus riche en acides gras mono-insaturés. De par cette richesse, l'huile d'olive est la meilleure source de santé et de prévention contre les maladies cardio-vasculaires. L'huile d'olive favorise la croissance osseuse et consolide la densité osseuse de la colonne vertébrale. Très voisine par sa composition des corps gras du lait maternel, l'huile d'olive est la mieux assimilée par l'intestin et favorise l'absorption de certaines vitamines. L'huile d'olive est en moyenne, cinq fois plus riche en vitamine E que le beurre. La vitamine E joue un rôle essentiel dans le développement du cerveau et retarde le vieillissement de nos organes et tissus vitaux.

OLIVIER (feuilles d'olivier) : les feuilles d'olivier contiennent de l'oleuropéoside. Elles agissent favorablement pour le respect de la tension. Leur action est complétée par un effet diurétique. L'olivier contribue à abaisser le taux de mauvais cholestérol (LDL) et augmenter le bon cholestérol (HDL). Il agit aussi sur le rythme cardiaque. L'innocuité de la feuille (absence de contre-indications et d'effets indésirables) et son efficacité font de des feuilles d'olivier un atout important pour la circulation.

OMEGA 3 et 6 : chaque jour, les oméga 3 et 6 ont une influence sur la fluidité du sang. Les oméga 3 et 6 sont des acides gras polyinsaturés que l'on trouve dans certaines huiles végétales comme le colza ou le soja et dans les huiles marines (poissons des mers froides notamment). Ils augmentent la fluidité du sang, participent à la régularité du rythme cardiaque et interviennent sur le fonctionnement du système cardio-vasculaire. Chez les personnes à risques, les scientifiques recommandent de consommer régulièrement des oméga 3 et 6 en faibles doses dans le cadre d'un régime alimentaire. (Source : Service de nutrition de l'institut Pasteur Lille). Les oméga ne sont pas des lipides de réserve. Ce sont des molécules fonctionnelles, c'est-à-dire des molécules qui interviennent directement dans le déroulement d'activités physiologiques extrêmement importantes. En plus d'intervenir dans plusieurs activités cellulaires vitales, les oméga participent à la régulation du transport du cholestérol en diminuant le cholestérol LDL, parfois appelé « mauvais cholestérol » et ils sont des précurseurs de la synthèse de nombreuses molécules biologiquement très actives. Ces molécules interviennent dans un bon nombre d'activités neuro-musculaires, cardio-vasculaires et dans divers processus inflammatoires ou pathologiques. Plus précisément, les oméga apportés par l'alimentation servent à fabriquer des molécules complexes comme l'EPA (l'acide eicosapentaénoïque) et le DHA (l'acide docosahexaénoïque). L'EPA sert de point de départ à l'élaboration de composés biologiques comme les prostaglandines, les thromboxanes et les leucotriènes qui jouent le rôle de médiateurs chimiques. Quant au DHA, il entre dans la constitution des structures cérébrales et nerveuses et il contribue au développement optimal du cerveau et des yeux.

ONAGRE (huile) : l'huile d'onagre, tout comme l'huile de bourrache, doit sa réputation à l'acide gammalinolénique qu'elle contient. L'acide gammalinolénique de l'onagre est utilisé en Angleterre dans le traitement de la sclérose en plaques (SEP), et aussi dans le traitement préventif du syndrome hépato-ovarien ou syndrome prémenstruel (ventre et seins gonflés et douloureux, dépression, irritabilité, douleurs abdominales, rétention d'eau et céphalées). L'huile est riche en acides gras essentiels (AGE). Elle renferme de 60 à 75 % d'acide linoléique et de 6 à 10 % d'acide gammalinolénique. Ces derniers sont des précurseurs des prostaglandines, substances qui agissent au niveau du cycle menstruel. Elles renforcent la structure de la membrane cellulaire, facilitent les échanges, réhydratent profondément les tissus. Elles améliorent la qualité de la peau (qui devient soyeuse et lisse) et des muqueuses.

ORANGE : l'orange douce est un aliment alcalinisant nutritif, énergétique, reminéralisant, rafraîchissant et tonifiant, qui possède un pouvoir protecteur au niveau des vaisseaux et une action antihémorragique, tout en abaissant l'hyperviscosité sanguine. Elle présente des propriétés apéritive, eupeptique et laxative. Elle a une action diurétique, stimule le système nerveux en général et possède des vertus de rajeunissement cellulaire et tégumentaire. L'orange présente enfin des propriétés anti-infectieuses, tout en renforçant globalement les défenses naturelles de l'organisme.

ORANGER AMER (bigaradier) : le bigaradier ou oranger amer est employé en phytothérapie, aromathérapie, cosmétologie et parfumerie. On utilise la feuille, le bouton floral (fleur d'oranger) et l'écorce (péricarpe). La feuille riche en huile essentielle confère au bigaradier des propriétés sédatives et adoucissantes. Le bigaradier est également un stimulant de l'appétit. De plus, il soulage coliques et aigreurs d'estomac. Elle est conseillée dans les troubles légers du sommeil et pour soulager la nervosité.

ORME : grand arbre des plaines à sol frais de 20 à 35 m dont on utilise l'écorce et les feuilles. L'orme est utilisé pour les rhumatismes et le traitement du psoriasis. En usage externe, il est conseillé dans les cas de dartres, contusions, dermatoses, eczéma, leucorrhées.

ORTHOSIPHON : l'orthosiphon, appelé aussi thé de Java, est répandu dans le sud-est asiatique notamment en Indonésie où il est ancestralement utilisé contre les maladies des reins et de la vessie. Les feuilles qui sont récoltées pendant la courte période de floraison sont fortement diurétiques et tout indiquées pour accélérer la perte de poids dans le cadre d'un régime amincissant. L'orthosiphon augmente l'élimination rénale de l'eau mais aussi de l'urée, des chlorures et de l'acide urique. Par son action drainante, l'orthosiphon favorise l'élimination des calculs biliaires et rénaux. Il est utilisé également pour prévenir les récidives de coliques néphrétiques.

ORTIE : plante commune en France au bord des chemins et dans les jardins, l'ortie présente un grand intérêt en phytothérapie grâce aux utilisations qui sont faites des parties aériennes. Elles apportent des vitamines (B2, B5, acide folique…), des minéraux (fer, silice, magnésium), des oligo-éléments (cuivre, zinc…), des acides aminés essentiels et des protéines. La présence concomitante de vitamines B2, B5, d'acide folique, de silice et de zinc permet à l'ortie d'être très utile pour traiter les ongles cassants et la chute des cheveux tout en favorisant la repousse.

PAMPLEMOUSSE : le pamplemousse est traditionnellement utilisé dans les régimes amincissants. L'écorce et la pulpe sont riches en pectines et en fibres. La partie la plus intéressante du pamplemousse est l'albedo, substance blanche et spongieuse qui se trouve entre l'écorce et le fruit. Les pectines forment au contact de l'eau un gel qui en prenant du volume a un effet coupe faim. Les fibres présentes diminuent l'absorption intestinale de certains nutriments, notamment les graisses et les sucres. Elles sont donc très utiles au cours des régimes amincissants pour diminuer la sensation de faim et limiter l'apport calorique. Les fibres ont aussi une action favorable sur le transit intestinal souvent ralenti lors d'un régime amincissant.

PANTHENOL : le panthenol (vitamine B5) est transformé dans l'organisme en acide pantothénique. Il participe au métabolisme des lipides, des glucides et des protides. La vitamine B5 est indispensable à la régénérescence des phanères (dont les cheveux). Il garantit une protection continue contre les effets délétères du soleil, de l'oxygène et des polluants atmosphériques. Le panthenol en plus de la stimulation sur la repousse des cheveux, facilite grâce à sa richesse en vitamine B5 la coiffe des cheveux, permet de réduire le dédoublement de ceux ci, améliore l'état des cheveux abimés. Il a également un effet « volumateur », permettant de rendre la chevelure plus épaisse en lui donnant un éclat plus important.

PAPAYE : la papaye est le fruit du papayer, arbre fruitier originaire d'Amérique Centrale. Les pulpes de papaye sont riches en pectine et cellulose réputées pour leur activité sélective sur les graisses et le mauvais cholestérol dont elles freinent l'assimilation.

PASSIFLORE : la passiflore est une belle liane originaire du Mexique où elle était utilisée par les Aztèques pour ses propriétés sédatives. Ce sont les Jésuites espagnols qui l'ont ramenée en France sous le nom de « fleur de la passion ». En effet, les religieux virent dans la forme de sa fleur les instruments de la passion du Christ La partie aérienne de la passiflore possède des flavonoïdes et des alcaloïdes à l'origine de son activité bénéfique sur les troubles du sommeil. Elle restaure progressivement chez les insomniaques un sommeil réparateur de qualité. Elle aide à supprimer aussi la nervosité et l'angoisse accumulées par la vie stressante que nous menons et prépare à l'endormissement.

PENSEE SAUVAGE : la pensée sauvage est traditionnellement utilisée pour ses propriétés dépuratives sur la peau, principalement contre les affections cutanées liées à une insuffisance d'élimination. Ce sont les parties aériennes fleuries de cette petite plante annuelle de la famille des violettes, qui contiennent ses principes actifs. Elles sont riches en flavonoïdes et saponosides favorables à l'élimination rénale et hépatique des toxines.

PHOSPHORE : le phosphore ne se trouve pas à l'état pur dans notre corps, mais sous forme de sel. Les composés de phosphore (phosphates) jouent, avec le calcium et la vitamine D, un rôle important comme élément constitutif des os. Le phosphore est aussi nécessaire à la formation de la substance musculaire, à la formation des cellules cérébrales et nerveuses, au métabolisme et comme stimulant énergétique. Moleschott, physiologue hollandais, disait il y a plus d'un siècle déjà, ces mots : « sans phosphore pas de pensée ». Un manque de phosphore provoque en effet des amnésies, compromet l'assimilation des glucides et des sucres et peut conduire à un état d'affaiblissement général.

PIN (bourgeons de) : les bourgeons de pin dégagent une agréable odeur caractéristique due à leur forte teneur en huile essentielle. Les aiguilles du pin sylvestre libèrent et diffusent de l'huile essentielle sous forme de peroxydes terpéniques riches en oxygène naissant, ce dernier, lui-même, riche en oxions. Le bourgeon de pin est un désinfectant des bronches, on l'utilise donc contre la toux, la grippe et le rhume. Il facilite l'expectoration.

PISSENLIT : le pissenlit est apprécié pour son action diurétique. Il permet de nettoyer l'ensemble de l'organisme en éliminant les toxines accumulées dans le corps.

PLANTAIN : le plantain est répandu dans toute la France, dans les champs et aux bords (même souvent au milieu !) des chemins. La feuille de plantain renferme dans sa composition des iridoïdes dont le principal est l'aucuboside. Il est donc un précieux allié dans le confort de la respiration. Le plantain contient de l'acide silicique nécessaire entre autres pour le développement de nos cheveux, ongles et dents ainsi que pour notre peau et nos os. Une carence en acide silicique provoque par exemple des inflammations cutanées et des muqueuses, accélère le processus de vieillissement, favorise la chute des cheveux et rend nos ongles cassants.

POLLEN : le pollen est l'aliment de croissance principal de la ruche. Il apporte non seulement des protéines en quantité importante mais aussi de nombreux acides aminés libres directement utilisables par l'organisme pour ses synthèses protéiques. Le pollen renferme également des vitamines (surtout du groupe B), des minéraux (calcium, magnésium, phosphore…), des enzymes et de la provitamine A utile pour la beauté de la peau. C'est un excellent tonifiant et stimulant avec un effet euphorisant, un rééquilibrant fonctionnel et un détoxiquant.

POMME : La pomme est capable de fournir dans l'alimentation un complément non négligeable de vitamines, de minéraux et d'oligo-éléments très variés. Fruit « coupe-faim » par excellence, elle rassasie sans apporter trop de calories. Son action diurétique est reconnue. Elle est liée à sa richesse en eau et en potassium, à sa faible teneur en sodium, et à la présence de sorbitol : la pomme favorise ainsi l'élimination urinaire des déchets. Grâce à sa richesse en fibres, elle intervient de façon particulièrement intéressante pour le bon fonctionnement intestinal : sa pectine a un effet régulateur sur le transit. De ce fait, la pomme est aussi efficace pour lutter contre la paresse intestinale que pour traiter une tendance à la diarrhée (cf. le classique régime de Heisler-Moro, à base de pommes crue râpées, en cas de diarrhée). Les études françaises concernant l'action de la pomme sur le cholestérol sanguin ont commencé à l'Université P. Sabatier de Toulouse (R. Sablé et R. Sicart). Elles ont montré que la consommation quotidienne de 2 pommes peut entraîner une baisse significative du taux de cholestérol sanguin, chez plus de la moitié des sujets testés.

POTASSIUM : le potassium favorise l'élimination des liquides : c'est donc un antagoniste du sodium. C'est un régulateur cellulaire important. Il participe au transfert des substances vitales dans le cœur et dans les muscles. Il favorise aussi l'excrétion des déchets protéiques et est utilisé pour la normalisation des activités cérébrales. Lors d'un régime hyposodé ou sans sel, nous recommandons une alimentation riche en potassium. L'eau excédentaire qui se trouve dans le corps, ainsi que les déchets, sont rapidement évacués. A consommer sous forme de citrate ou gluconate.

PRÊLE : la prêle est riche en silicium, elle constitue le modèle des plantes reminéralisantes. Les carences en silicium, sont fréquentes et augmentent avec l'âge, d'où l'intérêt de cures régulières de prêle pour tous ses effets bénéfiques sur les tissus osseux et conjonctif. Le silicium est un cristal d'une grande pureté qui intervient directement dans la formation des fibres et des cellules nerveuses. Le silicium permet à l'énergie et à l'information d'arriver jusqu'aux neurones qui à leur tour deviennent des neurotransmetteurs. La prêle contient du silicium dont seulement 2 à 3 % sont hydrosolubles. Cette partie soluble est dite colloïdale. La prêle n'est active que sous forme d'extrait aqueux. De nombreux travaux scientifiques ont démontré que la prêle sous forme de poudre micronisée provoquait lorsqu'elle est ingérée des lésions rénales accompagnées d'hémorragies.

PROPOLIS : la propolis est une substance résineuse d'une couleur allant du jaune au brun, collectée par les abeilles sur diverses plantes. Elles utilisent la propolis comme véritable ciment de la ruche et pour la défendre contre les bactéries, champignons et autres envahisseurs. On utilise la propolis pour ses propriétés fortifiantes.


PRUNEAUX : le jus de pruneau est obtenu à partir de prunes séchées qui contiennent de 60 à 70 % de fructose, des éléments minéraux et de la provitamine A. Leur effet bénéfique sur la santé provient du fait qu'elles sont d'excellentes régulatrices de la fonction intestinale. Les prunes séchées constituent une excellente nourriture complémentaire et règlent merveilleusement bien l'intestin en particulier sous forme de jus.

PYGEUM AFRICANUM : le pygeum africanum (variété du prunier d'Afrique) complète l'action du saw palmetto par des mécanismes similaires : à savoir, une forte activité anti-inflammatoire au niveau de l'endoveine et du système pelvien-moteur (petit bassin, vessie et organes génitaux).

QUINQUINA : aucune plante n'avait pu durant des siècles apporter une solution valable à la lutte contre les fièvres. C'est au XVII siècle que l'on découvrit enfin le quinquina. L'utilisation de son écorce réduite en poudre peut-être considérée comme l'un des événements les plus importants dans l'histoire des médicaments. Réservé au début aux grands de ce monde, le quinquina a permis d'éliminer le paludisme de maintes régions de France. Le quinquina a deux propriétés majeures : tonique amer et astringent. Il stimule l'organisme et l'appétit par augmentation des sécrétions salivaires et gastriques. Il est donc particulièrement conseillé aux malades affaiblis. Le quinquina offre une meilleure résistance des défenses.

RADIS NOIR : c'est dans le domaine des déséquilibres énergétiques de la sphère hépatobiliaire que l'action du radis noir est la plus importante. En effet, il s'avère que la cure d'extrait de radis noir énergise la vésicule biliaire. Le principe actif du radis noir est le soufre et les oligos-éléments. A noter également son rôle positif sur le transit intestinal et dans le syndrome pré-menstruel dont il prévient les troubles secondaires à commencer par la migraine.

RAISIN (pépins de) : la plupart des études, portant sur les OPC (Oligomères Pro Cyanolidiques) ont utilisé les extraits de pépins de raisin. Les applications bio-énergétiques des OPC sont multiples. Elles reposent sur les propriétés essentielles des oligomères. Ce sont des anti-oxygènes, particulièrement aptes à piéger les radicaux libres oxygénés. Les OPC largement utilisés depuis quelques années, ont prouvé leur efficacité dans les pathologies veineuses et artérielles. On conçoit tout l'intérêt de cette propriété dans ses applications au problème du vieillissement. Les OPC manifestent une affinité sélective vis-à-vis de structures protidiques spécifiques, en particulier dans le tissu conjonctif. Ils se fixent dans l'organisme sur des sites d'accueil particuliers, ce qui conduit à une action biologique durable, par exemple sur le collagène et sur l'endothélium vasculaire.

RAISIN ROUGE : le « fruit roi » est riche en sucres directement assimilables, ainsi qu'en vitamines (C, A, B1, B2, B5, B6, B9, E, PP, P), en sels minéraux, en acides et oligo-éléments : phosphore, potassium, calcium, magnésium, soufre, chlore, manganèse, fer, iode, zinc et cuivre. Cette richesse en fait un des meilleurs aliments énergétiques que nous propose la nature.

RAISIN (marc de) : le marc de raisin, résidu obtenu après pressage des grappes pour en extraire le jus, possède d'excellentes propriétés éliminatrices dues à sa composition. Les anthocyanes du marc de raisin, anti-radicaux libres très actifs, directement assimilables par l'organisme, assurent une protection optimale des cellules de l'organisme pendant la période d'amincissement.

REGLISSE : la réglisse possède de nombreuses saponines comme la glycyrrhizine, des glucosides flavoniques et des oxycoumarines entre autres. Elle est utilisée essentiellement pour son action anti-inflammatoire au niveau du tube digestif et de l'estomac.

REINE DES PRES : la reine des prés renferme des dérivés salicylés qui ont la propriété d'abaisser la fièvre. Ils ont une action anti-inflammatoire et antalgique, à la fois douce, progressive et parfaitement bien tolérée. D'ailleurs, l'acide acéthyl-salicylique, plus communément appelé aspirine est obtenu à partir du saule et de la reine des prés.

RHODIOLA ROSEA :
le Rhodiola Rosea, connu sous le nom de « Racine Dorée », est une plante vivace, dite « perpétuelle », avec des fleurs rouges, roses ou un peu jaunes. Son parfum rappelle celui de la rose. On la trouve principalement en Sibérie, mais aussi en Chine et au Tibet. Utilisée depuis la nuit des temps pour ses propriétés bio-énergétiques, elle a fait ses preuves dans le traitement du mauvais sommeil, des dépressions nerveuses mineures et dans les troubles du système nerveux. Les chercheurs russes ont classé Rhodiola Rosea dans la catégorie des plantes adaptogènes. 28 composants ont été isolés dans les racines et dans la partie supérieure de la plante. Ayant constaté ses remarquables propriétés anti-stress (psychique ou physiologique) les chercheurs russes et asiatiques viennent de démontrer également son intérêt dans le traitement énergétique de l'asthénie, l'irritabilité, les sautes d'humeur, l'hypertension, les maux de tête et la fatigue.

RHUBARBE : de nombreuses propriétés de cette plante ont fait l'objet de travaux expérimentaux. L'extrait améliore le fonctionnement rénal chez le rat urémique : diminution de l'urémie et de la crétininémie. Les tanins de la rhubarbe sont des inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine. La rhubarbe est toujours utilisée comme laxatif. Sous forme de poudre, à petites doses, c'est un antidiarrhéique. Outre l'emploi comme laxatif, la rhubarbe est utilisée en traitement local des inflammations et des infections de la muqueuse de la cavité buccale (irritations dues aux prothèses, gingivites, parodontopathies). Elle est tonifiante et apéritive.

ROMARIN :
le romarin, grâce à l'huile essentielle contenue dans ses feuilles, est depuis toujours utilisé pour ses bienfaits sur la sphère digestive. Il est aussi traditionnellement utilisé comme détoxifiant articulaire.

ROSE : la rose (rosa centifolia) est originaire de l'orient. Elle contient des essences riches en géraniol et en citronellol. Les anciens thérapeutes, Maury, Popoff, Gazin, Gatti recommandaient l'extrait de rose comme tonique circulatoire.

SAFRAN (crocus) : autrefois considéré comme une panacée, le safran fait encore partie aujourd'hui des pharmacopées chinoise et indienne, entre autres. Retenons tout particulièrement qu'il serait un des produits végétaux les plus riches en riboflavine, c'est-à-dire en vitamine B2. Le safran est connu pour ses diverses propriétés médicinales, notamment : stimulant de l'appétit, eupetique, stomachique, excitant, peut-être narcotique, hypnotique, influence sélective sur les organes génitaux féminins, emménagogue, actif dans les bronchites chroniques, sédatif, antispasmodique, antiprurit gingival et aphrodisiaque. Il présente également une puissante activité dans la synthèse des protéines et une activité cardiovasculaire.

SASSAFRAS : depuis des centaines d'années, les Amérindiens ont utilisé le sassafras dans plusieurs traitements : traitement de la constipation, des flatulences et d'autres problèmes gastro-intestinaux. Il a également été utilisé comme tonique général et employé pour traiter les rhumatismes et les inflammations des voies urinaires. Le sassafras est aussi très utile pour arrêter de fumer car il en diminue l'envie. De façon externe, le sassafras a servi dans les cas de douleurs rhumatismales, de goutte, de sumac vénéneux, et pour les problèmes de peau tels, le psoriasis et l'eczéma. Contre-indiqué durant la grossesse.

SAUGE :
la sauge est riche en huile essentielle et les sommités fleuries contiennent des flavonoïdes connus pour leur activité stimulante sur les corticosurrénales. Elle est utilisée entre autre pour ses bienfaits sur la sphère circulatoire. Elle est également psychostimulante.

SAULE : l'écorce de saule possède des dérivés salicylés, dont le représentant majeur est le salicoside, qui a les mêmes propriétés que l'aspirine, sans en avoir les effets indésirables. Ces dérivés salicylés sont anti-inflammatoires notamment au niveau articulaire. Ils agissent sur la douleur au niveau central et périphérique. De plus, ils sont antipyrétiques c'est-à-dire qu'ils abaissent la fièvre. Le saule blanc sera donc conseillé d'une part pour soigner les symptômes dus aux refroidissements et à l'état grippal, d'autre part pour soulager toutes les douleurs notamment les douleurs articulaires provoquées par les rhumatismes et l'arthrose.

SAUMON (huile de) : de nombreux travaux ont mis en évidence un très faible taux de maladies cardio-vasculaires chez les Esquimaux par rapport aux Européens, bien que leur alimentation soit souvent riche en corps gras. Malgré cela, ils ne mourraient jamais d'infarctus. Les recherches scientifiques ont démontré que l'apport d'huile de saumon dans leur alimentation évite les problèmes cardio-vasculaires. De plus amples investigations sur l'huile de saumon ont apporté une explication quant à sa composition : elle est riche en certains acides gras essentiels polyinsaturés caractéristiques (EPA et DHA). Chacun reconnaît également que l'alimentation actuelle, dans nos pays occidentaux est trop riche en acides gras saturés, facteurs de risques cardio vasculaires et manque d'acides gras essentiels EPA, DHA. Des recherches ont confirmé l'amélioration du bilan lipidique, suite à une consommation régulière d'huile de saumon. En effet, la prise quotidienne d'huile de saumon contribue à faire diminuer le LDL-cholestérol, les triglycérides et prévenir ainsi l'athérosclérose, sans effets indésirables.

SAW PALMETTO : les baies du saw palmetto ont été utilisées traditionnellement comme anti-inflammatoire dans les pathologies veineuses (hémorroïdes, jambes lourdes) mais également dans le traitement des dysfonctionnements de la sphère génito-urinaire (prostate, cystite).

SELENIUM : le sélénium est un oligo-élément, c'est-à-dire une particule minérale présente à l'état de trace dans notre organisme. La meilleure connaissance des différents métabolismes et réactions biochimiques de notre corps a permis de déclarer le sélénium, oligo-élément essentiel pour le rôle déterminant qu'il joue notamment dans les défenses de l'organisme.

SENE : le séné de l'Inde ou de Tinnevelly est largement cultivé en Inde pour ses folioles lancéolées riches en sennosides. Les folioles de séné ont une action laxative voire purgative selon la quantité utilisée. Mises sous forme de gélules de poudre totale cryobroyée et prises par voie orale, l'effet se produit au bout d'une dizaine d'heures : la motricité du côlon est accélérée, le volume des selles est augmenté grâce à une inhibition partielle de l'absorption d'eau au niveau du côlon permettant une meilleure hydratation des selles. Il ne rééduque pas les intestins et constitue donc seulement un traitement d'appoint efficace de la constipation occasionnelle. A ce titre, son emploi chez l'enfant est déconseillé de même qu'un traitement dépassant dix jours chez l'adulte. Par la suite, pour retrouver un transit harmonieux, il convient d'utiliser pendant quelques mois des plantes riches en fibres telle l'ispaghul.

SHITAKE : le champignon de shitaké est utilisé au Japon et en Chine depuis plus de 1000 ans pour son pouvoir stimulant et reconstituant. Deux principes actifs sont présents dans le shitaké : le lentinan et l'AC2P. Le shitaké est riche en minéraux, oligo-éléments, vitamines du groupe B et acides aminés. Une autre substance (éritadémine) présente dans le shitaké est favorable au bon cholestérol. Les indications sont quasiment superposables et l'effet est attribué à un polysaccharide complexe. On parle à ce propos d'immunomodulation ou de renforcement du système immunitaire. Ces effets sont bien corrélés par des études scientifiques. Le shitaké japonais cache la forêt chinoise : le cas de ce champignon asiatique est assez exemplaire.

SILICE : Notre corps contient 1,4 g de silice et nos besoins quotidiens de ce minéral sont de 20 à 30 mg par jour. La silice assure la minéralisation osseuse en aidant à la fixation du calcium, et point très important, elle aide à prévenir la déminéralisation génératrice d'ongles cassants et de cheveux dévitalisés.

SILICIUM ORGANIQUE : le silicium est l'élément le plus répandu sur terre après l'oxygène. L'oxyde de silicium (SiO2), corps solide de grande dureté, constitue plus de la moitié de la croûte terrestre. Les enveloppements d'argile ne sont-ils pas utilisés depuis la nuit des temps pour soulager les douleurs ? Ils sont composés essentiellement de silicates hydratés d'aluminium. C'est en 1957 qu'un chimiste, chercheur au CNRS s'intéresse au silicium . Avant lui, Pasteur avait prévu l'importance du silicium pour la santé, mais c'est lui qui étudie des formes de silicium organique facilement assimilables par l'homme. Sa découverte confirme un traitement ancestral, bien connu au Maroc, qui consiste, en cas de rhumatismes, à se faire enterrer jusqu'au cou dans du sable chaud pendant trente minutes, tous les jours, pendant deux semaines. Le silicium organique est tellement «bio-disponible» qu'il est facile à assimiler par l'organisme.

SODIUM : le sodium se trouve sous diverses formes dont la plus connue est le sel ordinaire (Chlorure de sodium). Le sodium est indispensable à la transmission de l'influx nerveux et gouverne, avec le potassium, tout l'équilibre hydrique de l'organisme. Il règle la répartition de l'eau corporelle, les mouvements d'eau dans l'organisme, les échanges entre l'eau intracellulaire (où se trouve le potassium) et l'eau extra-cellulaire. Le sodium est en permanence absorbé dans le tube digestif pour rejoindre le sang. Le surplus est filtré et éliminé par les reins en même temps que la quantité d'eau nécessaire. Un excès de sel donne soif parce que l'équilibre hydrique de l'organisme est perturbé par une élimination importante. Le sel est éliminé dans les urines mais aussi dans la transpiration. Une carence prolongée en sodium entraîne une déshydratation, de l'hypotension, de la fatigue musculaire, une baisse de la libido et une altération des fonctions du système nerveux.

SOJA : le soja est une plante universelle. Les extraits actifs de soja sont naturellement riches en isoflavones. Les principaux isoflavones du soja sont la génistéïne, la daidzéïne et leurs métabolites (sous-produits). Les isoflavones font partie de la famille des flavonoïdes. Les isoflavones du soja ont des effets inhibiteurs ou modulateurs sur une dizaine de processus métaboliques. Entre autres, ils s'attachent aux récepteurs œstrogéniques, inhibent l'angiogenèse, c'est-à-dire la formation de nouveaux vaisseaux sanguins, et stimulent les récepteurs de lipides à basse densité, le « mauvais » cholestérol. Les autorités américaines ont analysé un nombre suffisant d'études pour être convaincues que, lorsque des personnes au taux élevé de cholestérol remplacent tout ou partie des protéines animales de leur régime par des protéines de soja, leur taux de cholestérol total et de LDL-cholestérol (le « mauvais » cholestérol) diminue de manière significative. La génistéine semble avoir également un effet puissant sur la croissance et la régulation cellulaires, en favorisant l'inhibition des enzymes nécessaires à la division cellulaire, tout en prévenant la formation de nouveaux vaisseaux sanguins dans les cellules cancéreuses. Les avantages du soja ne s'arrêtent pas là. Chez les femmes en période de préménopause, les œstrogènes végétaux présents dans le soja semblent freiner les effets des œstrogènes humains. Chez les femmes postménopausées, toute action œstrogénique, même faible, peut favoriser la diminution des effets de la ménopause. Des études ont révélé que l'administration de 40 g supplémentaires de protéines de soja par jour augmente le contenu minéral osseux de certaines vertèbres, tout en diminuant la sévérité des symptômes de la ménopause, telles les célèbres « bouffées de chaleur ».

SOJA (huile de) : l'huile de soja est riche en acides gras polyinsaturés et ne contient pas de cholestérol. Les graines de soja sont également riches en calcium, fer, zinc, phosphate, magnésium, vitamines B et folate et vu leur abondance, la biodisponibilité ne pose aucun problème.

SOJA (lécithine de) : la lécithine de soja est extraite de la graine par pression, puis isolée par décantation de l'huile ainsi obtenue. Elle est constituée de phospholipides, les éléments constitutifs des membranes de toutes nos cellules. C'est un émulsifiant naturel des corps gras, notamment du cholestérol qui ne se dépose plus dans les artères. La lécithine de soja favorise la régulation du taux de cholestérol (en augmentant le « bon cholestérol » en en diminuant le « mauvais cholestérol ») et permet de lutter efficacement contre la formation de la plaque d'asthérome, responsable des maladies cardio-vasculaires. Les phospholipides présents dans la lécithine de soja, très riches en acides gras polyinsaturés, participent à la formation des membranes des neurones. Les membranes deviennent plus fluides, ce qui améliore le fonctionnement cellulaire. Ces phospholipides favorisent une meilleure qualité des échanges intercellulaires et donc un développement naturel des capacités intellectuelles.

SORBITOL : le sorbitol est traditionnellement utilisé pour son pouvoir sucrant. Il se trouve à l'état naturel dans le sorbier des oiseleurs, mais de nos jours il est extrait en utilisant de l'hydrogène en partant de la fécule de pommes de terre et de l'amidon de maïs. Il est admis dans le régime du diabétique car il peut, comme le sucre de fruits, être consommé en quantités limitées.

SOUFRE : le soufre est un métalloïde qui appartient aux acides. Les aliments riches en protéines en contiennent beaucoup : œufs, légumineuses, oléagineux. Nous trouvons des combinaisons de soufre aussi dans les céréales complètes (surtout dans l'avoine), dans plusieurs légumes (choux-fleur, choux de Bruxelles, cresson, oignon, ail, radis, asperge) et dans les dattes. Le soufre joue un rôle important dans le métabolisme. Un manque de soufre se traduit par une mauvaise santé du cheveux, par des ongles qui se cassent et par une peau qui se flétrit. Le soufre tout comme le manganèse permet la synthèse des protéoglycanes et favorise la régénération du cartilage articulaire.

SPIRULINE : la spiruline est une minuscule algue bleue surnommée « arc-en-ciel », à cause de ses pigments. Des études récentes ont montré que la spiruline, plus riche en protéines que le soja est également une source intéressante de fer et de bêtacarotène. Si l'on ajoute à cela une extrême richesse en acides aminés, en vitamines (dont l'acide folique, la vitamine C, des vitamines du groupe B (B1, B2, B6, B12), en sels minéraux, en acides gras essentiels, en cuivre, en chrome, en zinc, en sélénium, en fer, en manganèse, en iode et même en or et en argent (en quantité infinitésimale), on comprend que son utilisation comme complément alimentaire soit judicieuse dans les régimes amincissants et les préparations sportives. Sa richesse en protéines permet de supprimer la sensation de faim et de soutenir l'effort physique. Vitamines, acides gras essentiels et minéraux pallient les carences de menus déséquilibrés et apportent vitalité à l'organisme. Cette source de vitalité peut-être également mise à profit pour lutter contre la fatigue.

SUREAU : la fleur de sureau noir (flos sambuci) est surtout connue pour sa richesse en rutine dont l'activité sur la perméabilité capillaire est aujourd'hui scientifiquement démontrée. Elle est conseillée pour le confort veineux.

TEREBENTHINE : de nombreuses variétés de pins sont distillées dans le monde pour obtenir la térébenthine. Une fois purifiée, elle présente de nombreux effets thérapeutiques. La térébenthine de Bordeaux est l'une des plus connues. Elle a des propriétés expectorantes et antiseptiques. En usage externe la térébenthine est utilisé principalement comme antalgique, révulsif et cicatrisant antiseptique.

THE VERT : le thé vert ou thé vierge, originaire de l'Inde, a été connu des Européens au XVIIe siècle. Il fournit, après fermentation des feuilles, une boisson fort appréciée qui constituait à l'origine chez les Indiens la « boisson reine ». En phytothérapie, ce sont les jeunes feuilles et les boutons de thé vierge, non fermentés pour garder l'intégralité des substances actives, qui sont utilisés avec succès dans le cadre des régimes amincissants. Les feuilles présentent une activité lipolytique très intéressante. La présence de caféine favorise l'évacuation des graisses hors des adipocytes (cellules graisseuses), par stimulation enzymatique : les triglycérides de réserve sont mobilisés sous la forme d'acides gras libres facilement éliminés par l'organisme.

THYM : le thym est un élément caractéristique de la flore méditerranéenne. Ses feuilles sont riches en huile essentielle dont les propriétés sont mises à profit en phytothérapie. Cette huile est très antiseptique et utilisée à ce titre pour le confort respiratoire et pour protéger des coups de froid. Outre ses effets sur l'activité pulmonaire, le thym s'utilise aussi pour les problèmes intestinaux. Il décourage les parasites intestinaux et les vers d'occuper le terrain intestinal.

TILLEUL : le tilleul est un grand arbre pouvant atteindre 30 m de haut dont les feuilles sont en forme de cœur à la base, et pointues au sommet. Dans les fleurs et les bractées du tilleul on trouve une huile essentielle contenant du farnesol. C'est ce dernier qui confère au tilleul des propriétés sédatives.

TILLEUL (aubier de) :
l'aubier renferme deux coumarines, dont le fraxoside et des flavonoïdes. Cette composition lui confère d'intéressantes propriétés dépuratives : il facilite les fonctions d'élimination rénales et digestives. Cholérétique et cholagogue, il stimule le fonctionnement de la vésicule biliaire, favorise l'élimination de la bile et assure une bonne digestion. C'est une antispasmodique hépatobilaire : il a la propriété de lever le spasme du sphincter d'Oddi. Il soigne les troubles dyspeptiques tels que les ballonnements épigastiques, l'aérophagie, les flatulences et les états nauséeux. L'aubier est de ce fait actif sur les migraines d'origine hépatique. L'aubier de tilleul est l'écorce privée de sa partie externe. Alors que les fleurs et bractées sont utilisées pour leurs propriétés relaxantes, l'aubier de tilleul, grâce aux polyphenols qu'il contient, est employé pour ses vertus anti-rhumatismales, dans le traitement de la goutte et comme anti-inflammatoire.

TOMATE (lycopène) :
le lycopène est un pigment présent dans la tomate et responsable de sa couleur rouge. La tomate présente la particularité d'être pratiquement la seule source de lycopène dans notre alimentation, ce qui facilite la mise en évidence, lors d'études épidémiologiques, d'éventuelles propriétés bénéfiques de cette molécule. Ainsi, une étude américaine a montré que la consommation régulière de produits riches en tomates tend à diminuer l'incidence de cancer de la prostate.

TOURNESOL :
le tournesol est originaire d'Amérique. Introduit en Europe au XVIe siècle, le tournesol fut longtemps considéré comme plante ornementale et aujourd'hui, les bienfaits nutritifs de ses graines le font justement comparer aux oléagineux de première qualité comme l'amande ou la noix. Son huile, de première pression à froid, est de saveur douce, d'odeur légère et agréable : sa couleur varie entre le jaune pâle et le jaune orangé. Sa richesse en acide gras essentiel qu'est l'acide linoléique exerce une action sur la peau, les muqueuses, sur le système endocrinien et nerveux. Son activité est surtout remarquable en cas d'hypercholestérolémie et d'athérosclérose ; en fait, son effet est notable dans toutes les maladies dégénératives cardio-vasculaires dues, le plus souvent, au sédentarisme et à une trop forte consommation de graisse d'origine animale ou d'aliments carnés. C'est une très bonne huile de table dont le peu de goût ne nuit pas aux préparations subtiles. Pour les préparations chaudes, il vaux mieux la faire tiédir sans ébouillanter. L'huile de tournesol est à la base de quelques spécialités diététiques.

TREFLE ROUGE : le trèfle rouge renferme les substances suivantes : isoflavone, flavonoïdes, coumarine, résines, minéraux (calcium, magnésium, niacine, phosphore, potassium, thiamine). Pline l'Ancien appelait le trèfle rouge : « l'herbe aux guérisseurs ». Le trèfle rouge est traditionnellement utilisé pour ses propriétés reconstituantes et revitalisantes. C'est un stimulant général qui convient à toute personne fatiguée, malade ou convalescente. Il existe actuellement aux Etats-Unis, un véritable engouement concernant cette plante. Selon les chercheurs qui ont expérimenté l'action thérapeutique du trèfle rouge, il serait doué de propriétés immunostimulantes, bactéricides, anti-inflammatoires, cholagogues, diurétiques, antispasmodiques. Le trèfle rouge a également une activité « oestrogène-like ». On l'utilise dans les problèmes de peau (inflammations, éruptions, psoriasis, eczéma). Cette plante est d'un précieux secours dans les problèmes d'infections des systèmes respiratoire et urinaire. La médecine Chinoise considère que le trèfle rouge est un soutient nutritionnel dans le traitement des longues maladies.

TRIBULUS TERRESTRIS :
le tribulus terrestris est une herbe connue pour ses effets revitalisants. Des études ont fait paraître que l'absorption du tribulus terrestris augmentait le degré de testostérone de plus de 50 %. Le tribulus terrestris a été utilisé en Europe des siècles durant pour combattre l'insuffisance hormonale chez les hommes et les femmes. La "Chemical Pharmaceuticale Institute" de Sofia, en Bulgarie, a mené des études cliniques sur le tribulus terrestris, qui ont conclu à une nette amélioration des fonctions reproductrices, incluant une augmentation du nombre de spermatozoïdes et de testostérone chez l'homme.

 



15/10/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 136 autres membres